Filtrer
AFTERMARS_AFFICHETTE

Aftermars, concert dimanche 28 janvier à 17h, Palais de l’Archevêché, Arles

 

Dimanche 28 janvier, à 17h, Palais de l’Archevêché, Arles.
Concert proposé par Aftermars, groupe de musiciens berlinois composé de Sébastien Brault (voix et clavier), Thomas Jocher (trompette), Tom Früchtl (guitare). Entrée libre.
Un rendez-vous produit par l’association Zazie, avec le soutien de la Ville d’Arles.

2018_PROVISIONS_AFFICHETTE_SCREEN

Provisions : samedi 20 janvier, Arles

 

Samedi 20 janvier, à 18h30, salle Jean et Pons de Dieu, 62 rue du Quatre-Septembre, Arles.
Projection vidéo programmée par Emma Cozzani. Durée 56 min. Entrée libre.
Suivie d’un repas sur réservation (prix libre). À la cuisine, Maryse Salvat-Lebel et Mathieu Tremblin. Réservation : galeriequatre@immediats.fr.
Une soirée produite par Infra Studio, l’association Zazie et la galerie quatre. Remerciements à la Ville d’Arles.

FDDupuy-1962-low

Françoise et Dominique Dupuy : rencontre-signature à la librairie Actes Sud Arles vendredi 8 décembre

Librairie Actes Sud Arles : vendredi 8 décembre
18h, rencontre avec Françoise et Dominique Dupuy, et N+N Corsino
19h, signature d’Album par Françoise et Dominique Dupuy

Les danseurs Françoise et Dominique sont des figures de la danse moderne et contemporaine en France. Leur présence en Provence s’est traduite en particulier par la création du Festival des Baux 1962 à 1969, par la direction artistique de Dominique Dupuy pour la danse au Festival de danse d’Arles de 1987 à 1989 puis par l’animation du Mas de la danse à Fontvieille. Ils travaillent aujourd’hui à un projet d’ouverture d’une Maison du danseur avec les Baux de Provence.

Françoise et Dominique Dupuy présenteront le livre intitulé Album paru chez Analogues, maison d’édition pour l’art contemporain, à l’initiative de N+N Corsino.  Les traces par l’image de ces deux acteurs importants de la danse sont composées en un mouvement de portraits, de répétitions, de spectacles et de moments de réflexion.

Analogues-Bordarier-cover

Stéphane Bordarier, 65 tableaux

Descriptif 

: 16,5 x 22 cm, 128 pages, relié.
Auteurs : entretien et conversation entre Stéphane Bordarier et Erik Verhagen.
Parution en novembre 2017.
Isbn : 978-2-35864-109-8.
Prix public : 26€.

COMMANDER

Le temps du travail pictural est fait du déroulement de l’action de peindre et de la réflexion qui l’accompagne et la suit. Je me laisse volontiers —et même je recherche cela— emporter par le mouvement d’une « suite » de peintures : c’est seulement ainsi que quelque chose d’inattendu, de non pensé, peut advenir et permettre d’avancer. Il s’agit d’en arriver au moment où on ne sait même plus que l’on est en train de faire un tableau, que l’acte se détache et, dans sa relative autonomie, laisse passer. Air connu, dont il faut se méfier de l’aspect transcendant. Bien sûr, ce non pensé doit être, ensuite, pensé ! Il affronte alors l’époque, l’histoire de la peinture et la philosophie, les productions d’autres artistes. Plus la confrontation est sévère et plus la position que je viens d’élaborer dans les tableaux peut être perçue pour ce qu’elle est. Ce qui est certainement plus intéressant encore, c’est que c’est dans l’acte même de peindre-en-dehors-du-tableau que se situe, de manière totalement inconsciente une partie de cette réflexion, et certainement la plus pointue, celle qui remet le plus de choses en question. Stéphane Bordarier, extrait de l’entretien avec Erik Verhagen

IMG_1940POURSITE

Alexandra Sá, Units

Exposition du 18 novembre au 22 décembre 2017
Vernissage vendredi 17 novembre à 18h30

Horaires de bureau et sur rendez-vous.

galerie quatre
67, rue du quatre septembre
13200 Arles

Alexandra Sá a visité les carrières de marbre à ciel ouvert d’Estremoz en 2016. En tant qu’artiste investie dans la réalisation d’œuvres en volume, attentive en premier lieu au mouvement lié au corps et a fortiori aux formes mobilières et architecturales, elle a observé à Estremoz l’accumulation des blocs de roche, leur point de stabilité, leur volume, leurs découpes, le décalage des plis du marbre, sa stratification, ses nuances de couleur, ses textures. Elle s’est impliquée dans l’échelle de la carrière, dans sa masse, dans la verticalité des parois.

Le travail des carriers et le spectacle du portage dessinent les interventions de l’homme sur le site et agencent sa composition.

Les dessins qu’elle présente à la galerie quatre sont de grande dimension, ils embrassent le geste et le corps de l’artiste. Ils trouvent leur équilibre à partir de nuances de traits denses et de traits hachurés. Ils présentent des superpositions de surfaces. Ils provoquent des glissements et sont pourfendus de vide. « Prise d’espace » écrit Alexandra Sá ; « prise d’air » répondrait un constructeur. Des éléments étrangers affleurent des failles, papiers découpés, collages colorés. Résistants, intrusifs, ils s’imposent dans la composition, déstructurent l’ensemble tout en le sertissant.

Units est le titre de la série et de l’exposition à la galerie quatre, du 18 novembre au 22 décembre 2017. La galerie quatre accueille Units en prémices de la double exposition intitulée Dream baby dream qui sera consacrée à l’œuvre de Manuel Salvat en janvier 2018 au Palais de l’Archevêché à Arles et à la galerie quatre. Dream baby dream réunira des artistes ayant collaboré avec Manuel Salvat et ayant été ses interlocuteurs, parmi lesquels Alexandra Sá. L’œuvre The Mess Behind de Manuel Salvat et de Thomas Jocher est-elle même convoquée par Alexandra Sá comme un repère pour les dessins de la série Units. La galerie quatre est heureuse de présenter ces dessins à Arles, et de faire valoir à travers cette exposition l’œuvre d’Alexandra Sá et la mémoire de Manuel Salvat.