Semaine 23.08

Mathias Le Royer
Donation Mario Prassinos, Saint-Rémy-de-Provence

Mathias Le Royer vit et travaille à Limoges, où s’était réfugié Raoul Hausmann.
Au lieu d’exposer les travaux de Mathias Le Royer, la Donation Mario Prassinos a choisi de l’inviter à collaborer à ce numéro de Semaine. Ce choix correspond à la nature de ces travaux qui nous interrogent sur la visibilité du geste artistique et le statut de l’œuvre qui en découle. Les séries de photographies conservant les traces de ses interventions dans l’espace public se prêtent facilement à une diffusion sous la forme éditoriale. Les modifications discrètes des dispositifs de signalisation ou du mobilier urbain témoignent de la qualité d’un regard. L’ironie, ici, se porte sur les conventions d’un décor et ce que celles-ci connotent. Ce décor conforte avant tout l’imaginaire pauvre des décideurs et aménageurs. Ceux-ci, la plupart du temps par manque de courage politique, préfèrent ignorer l’esthétique moderniste qui se mêlerait de changer la qualité de notre cadre de vie. Pourtant les ressources existent. (Voir Daniel Buren.) Mathias Le Royer, ni véritablement sculpteur, ni véritablement photographe, serait plutôt un promeneur, cousin de Monsieur Hulot. Il indexe les signes de l’esthétique conventionnelle qui sévit dans la majorité de nos villes. Les rues, les places, constituent l’atelier, le cadre d’une expérimentation qui vient déranger un ordre, lequel codifie et canalise les circulations.

Semaine n°170, revue hebdomadaire pour l’art contemporain
Auteur : Denis Ruggiéri
Parution vendredi 06.06.2008

Édition papier, 16 pages COMMANDER
Disponible également dans Semaine bimestriel pour l’art contemporain, no 11, juillet-août 2008, 18€

Catégorie: Semaine hebdomadaire papier

Tags: