Semaine 41.09

Jeanne Susplugas
Château de Jau
Maison des arts, Malakoff
B.A.R. (bureau d’art et de recherche) & la Piscine
musée d’art et d’industrie, Roubaix

H : Moi dès que j’ai mal quelque part, je prends de l’aspirine. J’adore l’aspirine. C’est blanc, ça fait des bulles, on a l’impression de boire de la pureté au verre. F1 : Hein ? H : Oui, et ça a un bon goût, mi-salé mi-sucré. Si la veille tu as trop bu, ou pas assez dormi, ou que tu es de mauvaise humeur, ou barbouillé, c’est radical. F2 : En fait tu en prends
tous les matins. F1 : Ma grand-mère me disait : « Tu es blanche comme un cachet d’aspirine. » Elle disait aussi : « Une aspirine à faire du sang. »H : Effervescente, bien sûr, toujours. Si je n’en ai pas de l’effervescente, je préfère ne pas en prendre. Ce sont les bulles qui me font du bien. C’est le champagne du matin. F2 : On peut en mourir, de l’aspirine. Une overdose d’aspirine. C’est un anticoagulant, elle avait raison ta grand-mère. Il y a des suicides à l’aspirine. H : Comme addiction il y a pire.

Extrait du texte de Marie Darrieussecq écrit pour la pièce sonore de Jeanne Susplugas Iatrogène qui devient aussi performance lors de l’événement croisé entre la Maison rouge, Fondation Antoine de Galbert et la Maison des arts dans le cadre d’Hospitalités 09, mis en place par Tram-Réseau art contemporain Paris-Île-de-France

Semaine n°214
Revue hebdomadaire pour l’art contemporain
Auteur : Emmanuelle Lequeux
Parution vendredi 09.10.2009

Édition papier
17 x 24 cm, 16 pages
ISSN 1766-6465
4€ COMMANDER

Édition numérique
Fichier Calaméo, 16 pages
1€ commander

Disponible également dans Semaine volume I, janvier 2010, 18€

Catégorie: Semaine hebdomadaire papier

Tags: